Ads

Inscrivez votre Email pour recevoir les dérniers promotions et offres

Enterez votre Email :


N'oubliez pas l'activation de l'inscription en cliquant sur le lien dans l'email que vous allez recevoir !

Comment sera l'excution et la mise en service du nouveau code de la route au maroc

le nouveau code de la route au maroc va entrer en vigueur le 1er octobre prochain. Une campagne de communication est menée depuis plusieurs semaines sur les chaînes de radios et de télévision et journaux pour sensibiliser le grand public aux dispositions de ce nouveau code de la route au maroc. Mais cette campagne de communication laisse un arrière-goût d’inachevé puisque à un mois du début de l’application de ce texte, les autres moyens de vulgarisation (affichage urbain, imprimés, annonces presse etc.), prévus pourtant dans la stratégie du ministère, sont peu ou pas encore utilisés. En gros, entend-on, ici et là, la campagne actuelle ne touche pas un large public et devrait, selon un syndicaliste, «être de grande envergure pour sensibiliser tous les Marocains, y compris dans les campagnes les plus reculées, chose que l’on ne voit pas encore».
Au-delà de la sensibilisation du grand public, c’est la mise en application des dispositions du code, particulièrement en ce qui concerne les transporteurs professionnels, qui laisse à désirer. Les syndicats et les associations professionnelles, s’ils soutiennent pour la plupart l’application de ce texte de loi, affirment rester sur leur faim. Une source à la fédération nationale du transport routier (FNTR) explique que cette dernière a tenté à maintes reprises d’apporter sa contribution à cette campagne, notamment sur les aspects qui touchent les conducteurs et les entreprises de transport, mais sans trouver d’écho.
Les questions qui reviennent le plus souvent à la veille de l’application de ce texte concernent principalement le contrôle, le permis à points et les dispositions relatives à la conduite professionnelle. Ces points constituent, selon Abellilah Hifdi, président de la FNTR, «l’épine dorsale de ce texte que nous soutenons depuis le début et que nous continuons de soutenir». Selon lui, le problème ne réside pas dans les dispositions du texte de loi qui arrive à un moment où les secteurs du transport et de la logistique connaissent de grands chamboulements, mais dans son applicabilité. Selon M. Hifdi, l’application de ce texte va s’avérer très difficile.
SHARE